Publications

Sophie-Anne Leterrier et Olivier Tort (dir.), Rhétorique et politisation de la fin des Lumières au Printemps des peuples, Arras, APU, 2021.

 

La Révolution française et les secousses qu’elle a durablement engendrées dans toute l’Europe ont souligné de manière inédite l’influence du Verbe sur la politisation collective. Selon quelles modalités le bouillonnement rhétorique de la Révolution a-t-il été assimilé, mis à distance et pour partie réinventé en Europe occidentale dans le demi-siècle qui a suivi, tant chez les partisans que chez les adversaires du mouvement initié en 1789 ? Quelle a été l’incidence de cette rhétorique fondatrice dans la sensibilité des générations suivantes et dans la politisation d’individus n’appartenant pas aux élites sociales ? Du monde anglo-saxon aux confins méridionaux de l’Europe occidentale en passant par le territoire flamand, la rhétorique de 1789 a fait l’objet d’adaptations profondes et significatives, quand elle n’était pas franchement rejetée. En France même, loin d’une diffusion de valeurs républicaines directement issue du Verbe révolutionnaire, les analyses présentées au fil de cet ouvrage suggèrent toute la complexité des entrelacements argumentatifs dans la maturation progressive d’un modèle politique national jusqu’en 1848.

Présentation et table des matières

2020 cath

Laurence Baudoux-Rousseau et Delphine Hanquiez (dir.), Les cathédrales d’Arras, du Moyen Âge à nos jours, Aire-sur-la-Lys, Ateliergaleriéditions, 2020.

Le présent ouvrage s’attache à un édifice religieux indissociable de tout diocèse : la cathédrale. Aux premiers édifices, roman puis gothique, qui dominèrent pendant huit siècles l’antique Cité d’Arras, succéda la cathédrale actuelle, ancienne abbatiale Saint-Vaast à l’origine de la Ville, reconstruite à la fin du XVIIIe siècle et achevée au XIXe siècle. Emblématiques de la vie religieuse du diocèse, ces cathédrales furent aussi des foyers de création architecturale et artistique. Pour ces édifices, l’ouvrage fait le point sur les sources disponibles, sur leur histoire (étapes de la construction, restaurations, reconstruction), sur les hommes qui en ont permis l’érection (évêques, chanoines, architectes), sur l’architecture et les arts.

Dans la suite du colloque organisé à l’université d’Artois les 4, 5 et 6 octobre 2017, la publication de ces actes permet de dresser le bilan sur les recherches les plus récentes et de les partager avec la communauté scientifique ainsi qu’avec un public intéressé par le patrimoine monumental et l’histoire. Ce livre, enrichi de nombreuses illustrations, en grande partie inédites, rassemble une vingtaine d’articles écrits par des historiens, historiens de l’art et de la musique, archéologues et architectes.

 

Présentation et table des matières

Calmer les prix couv

Michel-Pierre Chélini et Laurent Warlouzet (dir.), Calmer les prix. L'inflation en Europe dans les années 1970, Paris, Presses de Sciences Po, coll. "Académique", 2016, 472 p.

Une inflation massive a touché l'Europe après le choc pétrolier de 1973. Associée à une faible croissance et à la montée du chômage, elle a eu des conséquences majeures tant sur le plan social, en raison de conflits liés à l'indexation prix-salaires, que sur celui de la théorie économique, avec les controverses sur la courbe de Phillips et le monétarisme, et sur celui des politiques publiques, puisque la priorité a été donnée à la lutte contre l’inflation au détriment du plein emploi.
L’ouvrage revient sur ce phénomène dans une perspective historique large qui embrasse les pays d’Europe de l’Ouest, du Nord et de l’Est ainsi que les syndicats, les entreprises et les organisations internationales, en particulier la Communauté européenne et le GATT.

 

 

Charles Gauzargues - couv 1
Charles Gauzargues - couv 2

Youri Carbonnier et Jean Duron, Charles Gauzargues (1723-1801). Un musicien de la Chapelle royale entre Nîmes et Versailles, Paris/Versailles, Picard/CMBV, 2016, coll. "La vie musicale sous les rois Bourbons", n° 35, 184 p.

Une biographie de Charles Gauzargues, né à Tarascon en 1723, entré à la Chapelle royale de Versailles, devenu maître de musique de Louis XV et maître de la Chapelle royale, compositeur de motets. Bien que beaucoup moins connu que Rameau, il est célébré au XVIIIe siècle comme un virtuose et un savant compositeur, représentant de la grande musique française.